Torah & pieds de cochon

Publié le par Galien -

[Blog 6]

[Nuit du 28 au 29 mars 2005]

[Nombreuses saynettes nocturnes. Morphée s'est un dispersé cette nuit-là. Fragment du bouillonnement onirique...]

Souvenir d'une tumeur entre le coude et l'épaule, aussi grosse qu'une balle de tennis.
Elle est impressionnante, mais ne me fait pas souffrir.
Je la montre à quelqu'un, un proche je crois.
Je décide d'inciser.

Schplof, Beurk !

A l'emplacement de la tumeur, je retire un objet "chiffonné" baignant dans un liquide séreux et jaunâtre (pas de sang).
Très vite, je "déplie" et reconnais l'objet : Un petit sac congélation retourné sur sa face interne !
D'instinct, je sais que j'ai littéralement "mangé" cet objet, et qu'au lieu de le digérer, il s'est retrouvé dans mon bras...

[Mon interprétation : Ce sac, je le connais. Je l'emporte systématiquement à l'Aide Alimentaire de Chambéry où, pour 50 centimes, des bénvoles remplissent mon sac à dos de denrées alimentaires. Le sac congélation symbolise sûrement viande & charcuterie de mon cabas. Or récemment, j'ai eu droit à 5 pieds de cochon, et du boudin noir en quantité. J'avoue une certaine culpabilité à ingérer ce genre de protéines, à piétiner ainsi les bases de mon judaïsme imprégné. Le boudin noir, c'est le sang de la bête, c'est son âme, et elle est appartient donc exclusivement au Divin. Quand aux pieds de cochon, c'est vraiment un bras d'honneur à la Torah...]

Publié dans Labo de Morphée

Commenter cet article