Libération de la femme semi-frigide et névrosée

Publié le par Galien -

[Blog 18]

[Petite boursouflure imaginatoire]

Les voila nus, au pied du lit, prêt à aboucher leurs organes génitaux.
Mais ça commence par une petite mise point de la névrosée :

- Bon écoutes, mettons les choses au clair. Je n'ai aucun plaisir sur le côté gauche de mon vagin.
- Ah bon ? Tu as eu un accident ?
- Pfff crétin, ce n'est pas de MA faute !!! C'est juste que j'ai jamais trouvé un gars qui soit performant avec le côté droit de son sexe, et hum... vu comment t'es monté, c'est pas aujourd'hui que ça va s'arranger cette histoire !
- Le côté droit de son sexe... celui qui penche ?
- Oh qu'il est drôle.
- Non, je suis sérieux, parce que ça risque d'être un peu compliqué d'éviter le côté gauche, à moins que...
- C'est ton problème, pas le mien. Et pendant qu'on y est, je ne veux pas que tu m'embrasses les seins - je suis pas ta mère - ni que tu serres mes fesses comme des pamplemousses - y aura aucun jus qui sortira - et je ne veux pas te sentir baver, ni suffoquer comme un chameau en rut à mon oreille, c'est clair ? Le reste, je te le dirais pendant que tu bosses.
- Okay... Okay... j'adore... autre chose ?
- Oui.
- Je t'écoute.
- Pendant le coït...
- ...
- Pendant le va-et-vient, je veux bien que tu fasses les "va" mais je veux pas tu fasses les "vient", c'est compris ?
- Et euh... techniquement, ça donne quoi ?
- Techniquement, tu te démerdes.
- Non, mais je veux juste être sûr de comprendre. En gros... je rentre... sur le côté gauche...
- DROIT abruti !
-... droit, excuses-moi... donc là je fais le "va", mais... je sors comment !?
- Eh ben... tu... tu trouves un autre chemin !
- Un autre chemin pour sortir mon engin ? Ben, écoutes, j'ai lu des bouquins, j'ai vu des films, je suis assez bien renseigné sur la chose, mais je n'ai jamais vu quelqu'un prendre une bretelle de sortie dans ces moments-là !
- Je veux pas le savoir.
- Non, mais tu dois m'aider là !
- C'est toi l'homme, c'est à toi de savoir !
- Oui mais c'est toi la folle qui veut que je réinvente la nature !
- Ah les mecs... toujours pareil ! Aucune imagination...
- Moi j'ai pas d'imagination, mais toi t'es complètement attaquée comme meuf ! Et d'abord, pourquoi tu veux les "va" sans les "vient" ?
- Parce que c'est toujours la même histoire : je rentre... je sors... je rentre... je sors... je rentre... je sors... je lâche la sauce et je m'endors. C'est zéro, trop monotone.
- Quoi, tu me prends pour un éjaculateur précoce ?
- Tous les mecs sont éjaculateurs précoces.
- Et toi, t'es quoi ? Une jouisseuse attardée ?
- Je suis une femme, et comme toute FEEEEMMME, tu dois savoir t'occuper de moi, deviner tous mes désirs, caresser exactement là où j'aime, m'emmener en voyage sans bouger de mon lit, et te retenir jusqu'à ce que je te dise de lâcher ta glu immonde.
- Ma glu immonde... j'ai compris. Et sinon, je peux te sodomiser mais... seulement du côté gauche, hein ? Ou alors, un coup à gauche, deux coups à droite...
- Allez dégage de chez moi, gros nul, va faire un "cinq-contre-un" avec ta main gauche... ou ta main droite, au choix.
- C'est ce que j'allais faire, pauv' radasse : Sortir de chez toi, et rentrer chez moi !

Publié dans Fulgurances

Commenter cet article